L’équité des sexes

 

 

L’équité des sexes

Le saviez-vous?

Pourquoi est-il important de consacrer quelques dollars de plus et l’expertise de votre organisme pour appuyer un programme unique visant à accroître la participation des filles et des femmes au sport? : 

Réponse – C’est une question d’équité :
« Les femmes comptent pour environ 52 p. 100 de la population canadienne, mais reçoivent moins de 52 p. 100 des ressources accordées aux programmes d’éducation physique.»
(Dahlgren, 1988, 24)

« Peu d’activités physiques sont offertes aux filles en dehors du milieu scolaire. Cette situation est en grande partie due au fait que seulement, notamment le hockey et le football. »
(Dahlgren, 1988, 6)

«…dès l’âge de six ans, les filles et les garçons croient que, pour les activités physiques, les garçons sont meilleurs que les filles.»
(Dahlgren, 1988, 6)

« Les médias n’accordent pas autant d’importance à la participation des femmes qu’à celle des hommes aux activités physiques ainsi qu’à leurs accomplissements dans le monde du sport. Selon un sondage mené auprès des plus importants journaux du Canada, en terme de puces par colonne, 92 p. 100 de l’espace est consacré exclusivement aux athlètes masculins, comparativement à 3 p. 100 pour les femmes. Le reste de l’espace disponible contient des reportages ou les photographies des deux sexes.»
(Association canadienne pour l’avancement des femmes, du sport et de l’activité physique, 1992)

« Moins de 10 p. 100 des reportages de sport sont consacrés au athlètes féminins.»
(Dahlgren, 1988, 5)

« Seulement sept des 90 membres choisis au sein du Comité international olympique sont des femmes (soit moins de 8 p. 100).»
(Trousse à l’intention des médias de l’ACAFS, 1993)

C’est une question de respect de soi :
« Bien que a majorité des jeunes femmes se disent bien dans leur peau, les jeunes hommes obtiennent de meilleurs résultats que ces dernières à tous les tests de confiance en soi.»

(Edwards, 1992)

« Les adolescentes qui prennent part à un sport ont une plus grande confiance en elles–mêmes, sont un peu plus en contrôle et ont de plus étroits liens familiaux que les adolescentes qui ne participent pas à un sport.»
(Edwards, 1991, 26)

« Dès un jeune âge, les filles sous-estiment leurs compétences et leurs capacités (et potentiel) de participer à des activités physiques. Comme résultat, la compétence des filles dans le domaine de l’activité physique est toujours très inférieure à celle des garçons. Il arrive que les filles choisissent uniquement des activités habituellement réservées aux filles, ou pire encore, l’idée de pratiquer un sport les rebute.»
(Dahlgren, 1988, 28)

C’est une question de santé : La vie active est essentielle au maintien d’une bonne image corporelle. Elle permet ainsi de prévenir les diètes et les problèmes d’alimentation et contribue à une santé cardio-vasculaire et au développement sain des os chez les jeunes femmes, ce qui peut diminuer les risques d’ostéoporose ménopausique.

« La plupart des femmes n’aiment pas leur corps, et ce, non pas parce qu’il est peu attrayant, mais parce qu’elles ne se perçoivent pas de façon juste.»
(Edwards, 1991, 19)

« Les adolescentes qui one une perception erronée du concept de la minceur ne sont habituellement pas satisfaites de leur corps et ont une grande peur de prendre du poids.»
(Edwards, 1991, 19)

« …en vue de perdre du poids, près des deux tiers des femmes suivent une diète dès l’âge de 13 ans, et 30 p. 100 ont utilisé des moyens encore plus drastiques, notamment le fait de provoquer le vomissement et l’emploi de laxatifs.»
(Dahlgren, 1988, 8)

« Environ 0,5 à 1 p. 100 des jeunes femmes souffrent d’anorexie, et près de 5 p. 100 des jeunes femmes souffrent d’une importante boulimie. Les jeunes femmes souffrant d’anorexie ou de boulimie ont une très faible opinion d’elles-mêmes, et leur respect de soi est lié à un sévère contrôle de leur poids.»
(Edwards, 1991, 23)

« L’activité physique stimule la croissance et la reconstitution des os… Il a été démontré que l’exercice aide à prévenir et à traiter l’ostéoporose, car il permet d’acquérir une densité osseuse élevée avant l’âge de 35 ans et de la maintenir toute la vie durant.»
(Lenskyj, 1991, 106)

« La santé cardio-vasculaire chez les filles commence à diminuer dès l’âge de 10 ans…»
(Dahlgren, 1988, 20)

C’est une question de mode de vie :
« Les femmes sont intéressées aux bienfaits des loisirs physiques, et il est probable qu’elles augmenteront davantage leur niveau de participation que les hommes.»
(Smale et Shaw, 1993)

« Soixante-seize pour cent des femmes canadiennes aimeraient devenir plus actives. Toutefois, moins de 50 p. 100 de ces dernières ont indiqué associer l’activité physique au plaisir. Il semble donc que les femmes canadiennes ne considèrent pas les activités physiques comme plaisantes.»
(Condition physique Canada, 1984, 18)

« Les filles classent l’activité physique au sixième rang parmi les facteurs contribuant au bien-être, tandis que les garçons la classe au premier rang.»
(Condition physique Canada, 1984, 18)

« Le plus grand taux d’abandon chez les élèves de tous les niveaux est chez les filles qui font partie d’équipes scolaires.»
(McCreary Center Society, 1992)

« Selon un sondage mené auprès de trois municipalités de la Colombie Britannique, dans l’ensemble, le taux de participation des filles comme officielles dans les clubs de sport est de 22,8 p. 100.»
(Dyck, 1993)

C’est la loi :
Des politiques appuyant l’équité pour la participation des filles et des femmes à des activités physiques et au sport ont été adoptées à tous les échelons :

Charte canadienne des droits et libertés, Article 15, 1981
Sport Canada, 1986
Fédération canadienne des municipalités, juin 1989
Gouvernement de la province de la Colombie-Britannique, 1992
La Déclaration de Brighton et des loisirs de la Colombie-Britannique, 1994

L’atteinte de l’équité des sexes : qu’en est-il? Pourquoi? Comment?

L’atteinte de l’équité des sexes : qu’en est-il?

L’équité est synonyme d’égalité et de justice. Être équitable signifie être juste et paraître juste. Le concept de l’équité regroupe plusieurs formes de discrimination, y compris la discrimination fondée sur la race, le sexe, les aptitudes, l’âge, l’origine ethnique ou nationale, et la religion.

Les mots égalité et équité sont souvent perçus comme des synonymes. Le Petit Robert définit le mot égal comme étant et précise, en parlant des personnes, . Il définit le mot équité comme suit: L’équité ne signifie pas nécessairement que tout le monde est traité sur le même pied d’égalité.

L’équité des sexes est le principe et la réalisation d’une attribution équitable des ressources et des occasions aux hommes et aux femmes. L’équité des sexes élimine les pratiques discriminatoires qui représentent un obstacle à la pleine participation de l’un ou l’autre sexe. Un des principaux objectifs de l’équité des sexes est de fournir aux individus l’accès à une gamme complète d’activités et la possibilité d’y participer, leur permettant ainsi de réaliser leur plein potentiel.

À quoi ressemble une organisation qui a réalisé l’équité des sexes?
Une organisation ayant réalisé l’équité des sexes possède des systèmes et des structures qui ne sont discriminatoires à l’égard d’aucun sexe. Cela signifie :

  • Donner aux hommes et aux femmes la possibilité d’assumer le rôle de chef de file.
  • Assurer la présence d’un nombre équitable d’hommes et de femmes au sein des comités et des groupes de travail.
  • Utiliser une langue et des images neutres dans les publications et les promotions
  • Attribuer les ressources, les événements et les occasions de façon équitable aux deux sexes.
  • Mettre en oeuvre des politiques sur les questions relatives à l’équité des sexes telles que le harcèlement, le soin des enfants, la maternité et les congés parentaux, et les occasions d’emploi égales pour tous et toutes.
  • Maintenir une base de données sur les habitudes et les tendances chez les deux sexes.
  • Comprendre les problèmes précis que doivent affronter les filles et les femmes dans le sport et prendre des décisions et conséquence.

L’atteinte de l’équité des sexes : pourquoi?
Pourquoi l’équité des sexes revêt-elle autant d’importance dans le sport international
?

Les femmes sont sous-représentées à tous les niveaux du sport international, c’est-à-dire au niveau de la participation, dans les postes de pouvoir et d’influence et en matière de reconnaissance publique. Cette sous représentation n’est pas attribuable à un manque d’intérêt de la part des femmes. Elle est plutôt le résultat d’une longue tradition de discrimination directe et indirecte. L’heure est venue pour les milieux du sport de revoir leur façon de traiter les femmes.

Les avantages de l’équité des sexes pour les fédérations internationales

  • assure une meilleure représentation de la population desservie par le sport;
  • utilise les ressources de tous les membres, des deux sexes, créant ainsi des FI plus fortes et plus efficaces et comptant plus de membres;
  • augmente le nombre de femmes compétentes pouvant servir le sport à titre de gestionnaires, d’entraîneures et d’officielles;
  • suscite davantage l’intérêt du public et des investisseurs privés, ce qui attire un plus grand nombre de membres et augmente le prestige;
  • augmente la part du marché desservi par le sport, ce qui pourrait augmenter ses revenus;
  • démontre le caractère progressiste de l’organisation et sa capacité de répondre aux changements sociaux, ce qui améliore l’image de l’organisation aux yeux des spectateurs et des spectatrices, des médias, des commanditaires possibles et des personnes ou organismes associés;
  • représente une preuve de leadership, d’innovation et une disposition à prendre des risques – une organisation digne du prochain millénaire.

L’atteinte de l’équité des sexes : comment?

  • Conseils pour influencer le changement au sein des fédérations internationales
  • Soyez au fait de la structure de pouvoir et d’influence (formelle et informelle) de la FI.
  • Sachez qui sont les gens qui ont le plus d’influence. Trouvez des alliées et des alliés chez les détentrices et détenteurs de pouvoir.
  • Essayez de changer le système tout en reconnaissant et en comprenant la culture, les valeurs et les structures existantes. Faites preuve de patience et de détermination. Ne vous laissez pas décourager par le refus. Essayez de nouveau, en modifiant votre approche.
  • Soyez précis et défendez vos valeurs tout en respectant celles qui s’opposent aux vôtres.
  • Proposez une vision qui aidera les autres à comprendre les changement qu’entraînera l’équité des sexes, comme par exemple une augmentation du nombre d’événements, d’activités et de postes de leadership pour les filles et les femmes.
  • Préparez-vous. Ayez des statistiques en main et soyez toujours en mesure de répondre aux questions.
  • Possédez votre sujet. Ayez un plan défini.
  • Fournissez des renseignements préparatoires afin que les autres aient la possibilité de penser à ce que vous avec à dire.
  • Travaillez avec des gens d’autres pays engagés envers l’équité des sexes dans le sport. Formez des alliances pour vous renforcer.
  • Comprenez le changement et sachez qui doit s’impliquer pour provoquer le changement.
  • Créez un pouvoir collectif en responsabilisant les autres.
  • Travaillez à influencer les autres et à créer des réseaux efficaces.
  • Formez les chefs de file de demain en les prenant sous votre aile et en leur donnant l’occasion d’acquérir de l’expérience.
  • Soyez réaliste et fixez des objectifs à court terme réalisables en vue d’un objectif à long terme établi.
  • Assurez-vous que votre stratégie comprenne des changements de gestion et des modifications techniques.

L’atteinte de l’équité des sexes : questions et réponses courantes?

Q. Quel est le but de l’équité des sexes?
R. L’équité des sexes vise à redresser les situations inégales résultant des pratiques passées. L’équité signifie attribuer les ressources et fournir des occasions de façon juste, sans préjugés ni discrimination.

Q. La participation moins fréquente des filles et des femmes dans le sport n’est-elle pas une question de choix? Ne sont-elles pas moins intéressées?
R. Les athlètes féminines et les entraîneures n’ont pas moins soif de reconnaissance, de pouvoir, d’argent et le choix de leurs collègues masculins. La combinaison des pratiques discriminatoires et des mythes ainsi que leur position dans la société a eu comme résultat de réduire le nombre de filles et de femmes qui font du sport. Ce n’est pas une question de choix.

Q. Les programmes d’équité des sexes ne sont-ils pas une forme de discrimination inversée?
R. Il faut éliminer les obstacles et les traditions qui découragent la participation des filles et des femmes afin de leur donner une chance de percer dans le système. L’introduction de mesures spéciales pour les filles et les femmes est nécessaire pour rendre la situation équitable et rattraper le terrain perdu. Cette reprise du terrain perdu exige l’appui de toutes et de tous à court terme afin qu’à long terme, la porte soit ouverte à l’équité.

Q. L’équité des sexes n’est-elle pas sans objet dans certains sports, surtout les sports où les participantes ou les participants sont tous du même sexe?
R. Que le sport soit pratiqué uniquement par des femmes ou des hommes, les individus du sexe opposé peuvent néanmoins devenir entraîneures ou entraîneurs, gestionnaires ou officielles et officiels. C’est pour cette raison que les principes de l’équité des sexes s’appliquent à tous les sports. Le sport peut maximiser ses ressources humaines en recrutant ses entraîneures, ses entraîneurs, ses gestionnaires, ses officielles, ses officiels, ses arbitres et ses bénévoles dans toute la population.

Q. Les programmes et mesures d’équité des sexes ne favorisent-ils pas la promotion des femmes en fonction de leur sexe plutôt que leurs aptitudes?
R. La nature du système ne permet pas toujours aux filles et aux femmes d’exceller grâce à leurs aptitudes.
L’absence de mesures spéciales empêche souvent les femmes de contribuer. La recherche a démontré que les gens ont tendance à rechercher les gens qui leur ressemblent lorsqu’ils doivent choisir quelqu’un pour faire certaines tâches. Dans le sport international, les hommes ont toujours eu tendance à choisir des individus qui leur ressemblent.

 

Événements et intervenants

Groupe de travail international
 Un produit important de la conférence de Brighton formé de représentantes et de représentants gouvernementaux de toutes les régions du monde, y compris le Canada, qui travaillent à la réalisation de l’équité des sexes dans le sport et de l’activité physique.

Sport féminin international
Organisation d’envergure internationale qui se consacre à augmenter les occasions et les expériences pour les filles et les femmes dans le domaine du sport et de l’activité physique.

L’Association internationale d’éducation physique et de sport pour les filles et les femmes
 Organisation d’envergure internationale ouverte à tous les groupes nationaux et internationaux, ainsi qu’aux universités et aux collèges qui se soucient de l’éducation physique, du sport et de la danse.

Association canadienne pour l’avancement des femmes, du sport et de l’activité physique
Mission
S’assurer que les filles et les femmes ont accès à une gamme complète d’activités et de choix et sont traitées équitablement comme participantes et candidates à des postes de direction.

Vision
L’ACAFS est reconnue comme étant la plus importante organisation de sport et d’activité physique pour les filles et les femmes au Canada. Elle est intégrative et équitable tant au niveau de ses philosophies que de ses pratiques.

L’ACAFS offre un savoir-faire, des solutions positives et de l’appui aux collectivités canadiennes. Son attitude innovatrice et réceptive lui permet de s’adapter rapidement au changement. Ses politiques, ses plans et ses actions sont fondés sur cette attitude ainsi que sur une base de recherche et d’information solide.

L’ACAFS est gérée de façon efficace et possède un excellent bassin de bénévoles. L’Association donne aux gens l’occasion de contribuer au sport et à l’activité physique pour les filles et les femmes de façon plaisante et productive.

Association canadienne pour l’avancement des femmes, du sport et de l’activité physique
N202 – 801 ave. King Edward ,
Ottawa, ON, Canada, K1N 6N5
Téléphone: (613)562-5667
Télécopieur: (613)562-5668
Courriel : caaws@caaws.ca

 

Groupe de travail internationale sur les femmes et le sport
Le Groupe travail international a été créé après la conférence de Brighton pour réaliser les objectifs suivants :

  • Suivre de près l’adoption de la Déclaration de Brighton dans les pays et les organisations nationales/internationales à l’échelle mondiale.
  • Agir à titre de groupe ressource et représenter un point de référence quant aux développements internationaux liés aux femmes et au sport pour faciliter l’échange d’information.
  • Faire office d’agent de liaison auprès des fédérations internationales et des organisations de jeux sportifs pluridisciplinaires.
  • Aider au développement et à la coordination de groupes régionaux dans le domaine des femmes et du sport.
  • Agir à titre de forum pour ces groupes régionaux et les organisations internationales de femmes et de sport pour étudier des comptes rendus, partager des stratégies et distribuer de l’information
  • Chercher à obtenir l’intégration de questions portant sur les femmes et le sport au programme des conférences internationales d’envergure.
  • Offrir des conseils sur le contenu des conférences internationales qui portent sur les femmes et le sport.

Le Groupe de travail international est formée de représentantes et de représentants du gouvernement, d’organisations non gouvernementales et de fédérations internationales. La liste des membres au moment d’aller sous presse est jointe au présent document.

Le Groupe de travail international (mars 1995)
Mme Anita White
British Sports Council
16 Upper Woburn Place
Londres, Angleterre
WC1HOQP

La ministre Pendukeni Livula-Ithana
Ministre de la Jeunesse et du Sport
13359 Windhoek
Namibie

 

Sport féminin international (SFI)
Sport féminin international (SFI) a été créé pour assurer que le sport et l’activité physique suscitent l’attention en soient une priorité dans la vie des filles et des femmes et pour répondre au besoin soutenu de créer une organisation globale internationale qui soit en mesure d’apporter des changements importants dans ces domaines pour les filles et les femmes.

Bien qu’il s’agisse d’une toute nouvelle organisation, Sport féminin international est déjà en excellente position pour jouer un rôle important dans la réalisation de changements pour les filles et les femmes dans le domaine du sport et de l’activité physique. FSI, qui compte des membres dans plus de 30 pays, profite des services de spécialistes dans le domaine de la science et de la médicine sportives, de l’exercice, de la nutrition sportive, de l’éducation, de l’entraînement et de l’administration sportive. SFI compte aussi plusieurs membres parmi les athlètes et les participantes au sport et à l’activité physique.

SFI a créé des programmes et des projets conçus pour offrir aux filles et aux femmes la gamme la plus complète d’expériences et d’occasions qui soit.

Énoncé de mission de SFI

  • Sport féminin international est une organisation qui se consacre à augmenter le nombre d’occasions et d’expériences positives pour les filles et les femmes dans le domaine du sport et de l’activité physique.
  • Agir à titre de groupe de sensibilisation international pour promouvoir de meilleures occasions pour les filles et les femmes dans le sport et l’activité physique.
  • Offrir un appui financier ou autre individus ou aux groupes qui tentent de promouvoir des changements positifs pour les filles et les femmes dans le domaine du sport et de l’activité physique.
  • Produire et (ou) distribuer de l’information et du matériel éducatif sur l’augmentation des chances ou l’augmentation de l’expérience des filles et des femmes dans le sport et l’activité physique.
  • Travailler avec les organes internationaux de direction des sports à promouvoir une plus grande participation des filles et des femmes dans le sport, à tous les niveaux. • Oeuvrer avec les organismes nationaux et internationaux à promouvoir la santé et le bien-être physique et psychosocial des filles et des femmes par l’activité physique.
  • Créer un réseau de communication international, comprenant une base de données, pour faciliter le partage d’information entre les membres et les groupes membres et échanger des idées et des pratiques réussies.
  • Promouvoir ou faire procéder à la recherche dans ce sens.
  • Promouvoir ou faire faire des recherches sur les problèmes et les préoccupations des athlètes féminins.
  • Pour obtenir de plus amples renseignements sur l’adhésion, veuillez communiquer avec :

Libby Darlison
Box 227
Lawson 2783
New South Wales
Australie

 

Comprendre et influencer le changement

Introduction
Le changement est un processus difficile dans le sport international, surtout lorsqu’il s’agit d’équité des sexes. De plus, les femmes ne pensent pas toutes de la même façon sur la question de l’équité des sexes. Les femmes et les hommes doivent apprendre à mieux comprendre les enjeux de l’équité des sexes et être conscients des moyens de favoriser les changements positifs. Sans cela, les gens auront de la difficulté à travailler ensemble à la réalisation de l’équité des sexes dans le sport.

Une fois que le changement a été compris, on constatera qu’il existe de nombreux moyens de réaliser l’équité des sexes. On vous propose ensuite cinq stratégies discutées en détail.

Stratégie #1 – Les faits et les statistiques démontrent la sous représentation des femmes sur la scène internationale et avancent des arguments pour modifier la situation.

Stratégie #2 – Les énoncés sur la question et les énoncés de prise de position traitent de l’importance d’un vocabulaire neutre et démolissent les raisons justifiant la vérification de la féminité.

Stratégie #3 – Les déclarations portent sur trois documents importants qui ont une portée sur l’équité des sexes dans le sport.

Stratégie #4 – Les politiques, les directives et la législation examinent les trois politiques éprouvées en matière d’équité des sexes et fournissent un exemple de politique à l’intention des comités de soumission.

Stratégie #5 – Les plans tracent les grandes linges de deux modèles éprouvés d’équité des sexes.

Ces stratégies proviennent de sources internationales et canadiennes et fournissent un modèle pour fins d’adaptation et d’utilisation par les individus et les organisations. Ajoutez des exemples de stratégies réussies que vous connaissez pour étoffer cette section.

Comprendre et influencer le changement
Le changement est amorcé lorsqu’une personne constate un problème et mobilise les autres pour agir collectivement. Les chefs de file doivent posséder une vision claire, des valeurs, de l’énergie, un engagement passionné, de l’appui et de la collaboration, de la souplesse et un sens de la chronologie poussé pour provoquer un changement. C’est tout un défi!

Comprendre le changement
De nombreuses recherches ont été menées sur les changements de comportement au cours des deux dernières décennies. Les changements de comportement se produisent dans les environnements sociaux et physiques. Les comportements subissent l’influence de facteurs tels que les relations avec les autres individus, les contextes sociaux et physiques où ces relations ont lieu, les activités qui se déroulent dans ces contextes et les règlements formels et informels qui régissent le comportement et les relations entre les gens dans ce contexte précis.

Les normes de groupe (c.à.d les comportements prévus) ont énormément d’influence sur le comportement d’un groupe. Les attentes d’individus importants ou respectés ont aussi beaucoup d’influence sur le comportement d’une personne. Les stéréotypes sociaux donnent souvent lieu à des jugements rapides fondés sur très peu d’information.

Influencer le changement
La conformité est un facteur important lorsqu’il s’agit d’amorcer un changement en matière d’équité des sexes. La conformité oblige les gens à se conduire en fonction des suggestions, des demandes ou des exigences des autres. Il existe six éléments fondamentaux éprouvés qui augmentent le niveau d’engagement et de conformité chez les individus :

1. Engagement – conséquence – l’obtention d’un engagement minime envers une action publique entraîne la conformité vis-à-vis cette action et des réactions connexes subséquentes.

2. Autorité – crédibilité – La conformité est accrue lorsque le représente l’autorité, le statut et (ou) le pouvoir.

3. Obligation – réciprocité – La création d’une obligation (par ex., lorsque quelqu’un fait un cadeau ou un compliment) entraîne le besoin de répondre positivement.

4. Rareté – concurrence – La rareté de la marchandise offerte fait augmenter la demande et aussi la concurrence.

5. Validation sociale – consensus – Les gens ont tendance à suivre la majorité, surtout lorsque la situation est nouvelle ou incertaine.

6. Amitié – liens – Les situations qui encouragent le resserrement de liens ou les ressemblances avec une personne qui influence le changement peuvent entraîner une augmentation du niveau de l’engagement et de la conformité au changement.

Outre la conformité, il existe plusieurs tactiques pour influencer le changement de comportement :

  • Mettre l’accent sur les avantages du changement.
  • Décrire comment minimiser les conséquences négatives possibles.
  • Mettre l’accent sur les conséquences négatives du maintien du comportement.
  • Créer des pressions sociales pour se conformer.
  • Fournir de l’information et des directives faciles sur la façon de changer.

Étapes du changement
Il existe plusieurs théories décrivant les étapes du changement. Les gens progressent de façon cyclique en franchissant des étapes distinctes qui se chevauchent les unes les autres. Les modèles d’étapes suivants peuvent vous aider à comprendre l’étape de changement de comportement que franchissent vos collègues lors de la réalisation de l’équité des sexes.

Première étape : Sensibilisation
L’individu est conscient du problème et reconnaît qu’un changement s’impose.

Deuxième étape : Motivation
L’individu est décidé à changer.

Troisième étape : Préparation
L’individu acquiert les aptitudes et les connaissances nécessaires pour changer.

Quatrième étape : Action
L’individu adopte un nouveau comportement

Cinquième étape : Maintien
L’individu intègre son nouveau comportement à son mode de vie.

*voir les ressources de l’ACAFS pour un guide complet

Demandez pourquoi il en est ainsi et changer les chosesequite_pic2

Extraits d’un discours au symposium des femmes et du sport de l’ACAFS/Nike
Par Marg McGregor, 1999

Demandez pourquoi il en est ainsi et amorcez le changement.

Demandez pourquoi l’organisme international directeur du volley-ball a institué un nouveau règlement obligeant les femmes à porter des vêtements moulants et pourquoi cinq pays participant au Championnat du monde en 1997 parce que les athlètes ont refusé de porter un uniforme qu’elles jugeaient trop sexy.

Demandez pourquoi  49 illustrations contenues dans le manuel de règlements de la Fédération internationale de soccer ne montre que les joueurs et des arbitres masculins malgré la présence d’un nombre phénoménal de femmes sur le terrain. Demandez quel message cette situation transmet aux filles sur les droits du soccer?

Demandez pourquoi  la FIVB songe à instituer un nouveau règlement pour le volley-ball en salle en vertu duquel les garçons utiliseraient un ballon bleu et les filles un ballon rose. Demandez pourquoi et faites changez les choses.

Demandez pourquoi  18 p. 100 des entraîneures féminines varient de 40 000$ à 49 000$ tandis qu’ils dépassent les 80 000$F chez les hommes.

Demandez pourquoi  il n’y a eu que 11 femmes sur la page couverture de Sports Illustrated au cours des trois dernières années, 11 femmes sur une possibilité de 159 reportages. Bien entendu, ces 11 pages couvertures comprennent trois numéros consacrés aux fameux maillots de bain.

Demandez pourquoi  on ne parle jamais des héroïnes dans le sport, et faites changer les choses.

Demandez pourquoi  les bicyclettes vendues pour les filles au printemps portent des noms comme et qu’elles ont un guidon rose décoré de pompons, tandis que les bicyclettes pour garçons portent des noms comme «le guerrier».

Demandez pourquoi  la petite fille en Alberta qui a gagné le tournoi provincial de badminton a reçu un trophée montrant un garçon.

Les athlètes féminines sont aussi compétentes et dévouées à leur sport que les athlètes masculins. Les commentaires des analystes sportifs et les reportages devraient mettre les hommes et les femmes sur le même pied d’égalité sur le terrain et à l’extérieur du terrain. Bien que les médias aient fait d’immenses progrès en ce domaine, demandez pourquoi certains commentateurs sportifs utilisent encore des adjectifs tels que , , et <décidément féminine> pour parler des athlètes féminines.

Demandez pourquoi  la couverture du sport amateur est toujours éclipsée par le sport professionnel masculin. George Vecsey, journaliste du New York Times pose la question suivante : « S’il y a eu une manifestation sportive merveilleuse mais que personne ne l’a vue à la télévision ou n’a lu de reportage à cet effet dans les journaux, considère-t-on qu’elle a vraiment eu lieu? » Demandez pourquoi les enfants ont de la difficulté à nommer d’autres athlètes que les joueurs de hockey, de base-ball et de basket-ball, pour la plupart des Américains, lorsque je leur demande qui sont leurs héros sportifs. Demandez pourquoi il en est ainsi et faites changer les choses. Le Canada possède des héros. Des athlètes féminines, des entraîneures et des officielles dont les histoires inspirantes de courage, de triomphe et de défaite valent la peine d’être racontées.

L’ACAFS est ravie d’avoir formé un partenariat avec Nike car celui-ci nous permettra de commencer à raconter ces histoires. Le partenariat ACAFS/Nike fait connaître les athlètes de haute performance, les entraîneures et les arbitres aux filles. Notre site Internet offre régulièrement des groupes de discussion animés pas les héroïnes du sport canadien. Nous créerons un club qui offrira un bulletin d’information racontant les histoires de nos athlètes. Nous voulons contribuer à faire connaître le nom de Catriona LeMay Doan à l’échelle du pays. Nous voulons aussi donner de la visibilité à Chantal Benoît qui vient d’être nomme la meilleure athlète de basket-ball en fauteuil roulant au monde.

Sortir les filles et les femmes des gradins et une tâche de longue haleine qui en vaut la peine. Demandez pourquoi les choses sont comme elles sont et changez-les. Merci de faire votre part. « C’est le tour des filles de compter des points.»

Merci à l’ACAFS pour l’information sur l’Équité.